Les martinets, de Belinda Cannone

Belinda Cannone signe Les martinets chez Malo Quirvane. L’enfance abandonnée, l’amour mutuel au sein d’une fratrie blessée, les vols d’oiseaux, liberté, attirance, danger.
Les martinets sont le premier livre noir de la Maison de négoce littéraire Malo Quirvane. Les vingt premiers furent blancs comme la neige, les vingt suivants seront noirs comme la nuit. Au bout de cette nuit, où serons-nous et vers quelle couleur monomaniaque nous tournerons-nous alors ?

Dans la revue littéraire Ernest Mag, Carole Zalberg a commenté sa lecture des Martinets…

Article précédent
François Béguin initie à Malo Quirvane dans une gazette…
Article suivant
Retour sur notre deuxième marché de la poésie

Related Posts

Aucun résultat.

Menu