K.626

de Léonor de Récondo

9,00

Vous pouvez télécharger le communiqué de presse de K.626

K.626, c’est le nom de code du requiem inachevé de Wolfgang Amadeus Mozart dans la classification officielle de son œuvre. Car le maître est mort avant de mettre un point final à son ultime œuvre et c’est Franz-Xaver Süßmayr, son ami et élève, qui l’acheva à la demande de sa veuve. Léonor de Récondo plonge dans les affres de ce jeune homme fougueux qui souffre de ne pas être à la hauteur de la situation.
L’écrivaine, qui est aussi une violoniste baroque professionnelle, fait vibrer les cordes de l’écriture et de la musique en ajoutant une belle pierre au genre de la littérature épistolaire.

K.626

de Léonor de Récondo

9,00

Vous pouvez télécharger le communiqué de presse de K.626

K.626, c’est le nom de code du requiem inachevé de Wolfgang Amadeus Mozart dans la classification officielle de son œuvre. Car le maître est mort avant de mettre un point final à son ultime œuvre et c’est Franz-Xaver Süßmayr, son ami et élève, qui l’acheva à la demande de sa veuve. Léonor de Récondo plonge dans les affres de ce jeune homme fougueux qui souffre de ne pas être à la hauteur de la situation.
L’écrivaine, qui est aussi une violoniste baroque professionnelle, fait vibrer les cordes de l’écriture et de la musique en ajoutant une belle pierre au genre de la littérature épistolaire.

K626 désigne le requiem de Mozart dans le catalogue universel de son œuvre.
K626, c’est le huitième livre de Léonor de Récondo, violoniste et écrivaine, et le premier qu’elle consacre à la musique.
K626 nous emporte dans l’Autriche de la fin du XVIIIème siècle.
K626, c’est une longue lettre. 

Celui qui l’écrit, c’est Franz Xaver Süßmayr , 26 ans, ami du couple Mozart. La destinataire, c’est Constanze, l’épouse endeuillée qui lui a demandé de terminer le requiem inachevé de son mari afin de pouvoir en toucher le paiement.
Enflammée par instants, désespérée par endroits, la plainte du jeune homme est irriguée par deux absences totales : celle du corps de la femme aimée et celle de la capacité créatrice… Dans sa retraite solitaire, il se sait trop petit pour le rôle qu’on lui a donné ; cette conscience, justement, fait éclater sa grandeur.
La plume-fougue de Léonor de Récondo esquisse les pins de la montagne autrichienne sous la neige, fait couler le vin de tokaj et défiler les souvenirs vifs de cet homme fiévreux, destiné à entrer dans l’Histoire par le nom d’un autre.
K626 est le vingtième livre publié par la Maison Malo Quirvane.

Copyright : Emilie Dubrul

 

Vous aimerez peut-être aussi…

Menu