Un ange dans le Matricule

Emmanuelle Favier, à la fin de l’été, il y a quelques semaines.

C’était dans le numéro 2015 du Matricule des anges, paru en juillet-août 2020.
Alors, même si ce titre d’Emmanuelle Favier, comme les 8 autres ouvrages que nous avons “sortis” à la mi-mars 2020, deux jours après le “confinement”, n’a pas eu la chance de bénéficier d’un lancement en bonne et due forme, réjouissons-nous qu’il ait été matriculé.
C’est un texte magnifique, qui fait la part belle à l’œil d’un enfant que ses parents emportent sur un âne jusqu’en Égypte, loin du méchant roi Hérode.
C’est une autrice fabuleuse, qui boit des Spritz à cinq heures de l’après-midi à la fin de l’été, dans une rue calme.

Dominique Aussenac a lu L’œil d’Artemisia, d’Emmanuelle Favier

Article précédent
La décapitation et le couvre-feu
Article suivant
Submersion

Related Posts

Aucun résultat.

Menu