Janvier : frimas, pluies, livre

Aux captifs, la libération ! Mais à quel prix ? Le prix du sang, bien sûr, à la suite du Fils. Bossuet, le grand orateur, l’immense prédicateur, déroule un panégyrique à saint Pierre Nolasque, le moine fondateur d’un ordre dédié aux rachats des esclaves chrétiens en terre d’Islam. Une présentation judicieuse de Jean-Baptiste Amadieu nous guide à travers le contexte de l’époque. Une lecture passionnante, au-delà de la beauté fascinante du style, car si notre époque est radicalement différente, nous découvrons avec effarement que l’homme, lui, n’a pas changé.

“Je remarque, dans les Ecritures, qu’il y a un sacrifice qui tue, et un sacrifice qui donne la vie”.

Laissez sortir ce captif…

Article précédent
Retour sur notre deuxième marché de la poésie
Article suivant
La noire hérésie

Related Posts

Aucun résultat.

Menu